Adone au sommet : cap sur le mont Blanc

Accompagnés par Adone,  nos collaborateurs Orlane et Stanislas vont réaliser leur rêve de gravir le mont Blanc le 8 septembre prochain.

Depuis quelques semaines, nos deux sportifs de l’extrême s’entraînent ardemment pour être fin prêts à gravir le plus haut sommet d’Europe occidentale. Randonnée dans le parc National des Écrins, course à pieds dans les chemins de Montmartre, nos deux sportifs n’ont pas chômé cet été.

Lisez leur interview pour découvrir les coulisses de cet incroyable projet !

L’interview des grimpeurs

1 – Pouvez-vous nous présenter le projet « Adone au sommet » ?

Le but de ce projet est de réaliser l’ascension du mont Blanc, le sommet le plus haut d’Europe. C’est un projet qui colle parfaitement aux valeurs d’Adone de dépassement de soi et de recherche de l’excellence.

2 – Qu’est-ce qui vous a donné envie de monter ce projet ?

Stanislas : Tant dans ma vie personnelle que dans ma vie professionnelle, j’ai besoin de relever des challenge et en tant qu’amoureux de nature, de montagne, cela fait quelques temps que l’idée de faire une ascension me trotte dans la tête. L’an dernier, je me suis dit, « si ça te prend les tripes à ce point, si tu en as tellement envie, fais-le ! ». J’aurais pu le faire de mon côté mais, dès le début, j’ai pensé que les valeurs d’Adone étaient en parfaite adéquation avec ce projet et je voulais m’impliquer pour porter haut les couleurs du cabinet.

Orlane : J’ai eu envie de participer à ce projet car j’ai toujours eu une appétence pour la montagne que ce soit l’été (randonnée) ou l’hiver (ski). Je faisais de l’escalade avant et je m’étais dit qu’un jour ça me tenterait d’essayer l’alpinisme. L’occasion était donc à ne pas manquer !

3 – Pourquoi avoir décidé de partir en binôme, vous êtes-vous choisis ?

Stanislas : Quand on réalise une telle expérience, elle est encore plus belle si on la partage ! Le fait de partir en binôme est une force qui peut vous porter dans les moments difficiles, et dans les moments d’émerveillement, on veut pouvoir partager ce sentiment avec quelqu’un. J’ai eu de nombreux candidats quand j’ai présenté mon projet, tous pertinents, je voudrais d’ailleurs les remercier car cela a renforcé la crédibilité et l’impact de cette initiative ! Nous avons procédé à la sélection selon des critères de motivation et d’aptitude et sélectionné Orlane.

Orlane : Ce n’est pas moi qui ai choisi, j’ai juste eu la chance d’être sélectionnée. Je connaissais un peu Stan et savais qu’il était passionné de montagne, c’est un point supplémentaire qui m’a encouragée à postuler.

4 – Qu’est-ce que ce projet peut vous apporter sur le plan professionnel ?

Stanislas : Sa réalisation prouve que l’on peut toujours dépasser ses limites si l’on s’en donne les moyens ! En visant très haut, on se découvre des ressources insoupçonnées et c’est aussi valable dans la vie professionnelle. C’est un projet qui me donne aussi confiance en mes capacités de dépassement.

Orlane : Ce projet m’a permis de me rendre compte qu’on pouvait se fixer des challenges auxquels on n’osait pas forcément penser car on les croit trop compliqués pour nous. Avec de l’envie et de l’entraînement on peut atteindre des niveaux qu’on n’aurait pas pensé possibles.

5 – Quel est le programme de votre ascension ?

J1 – Accueil et introduction aux techniques d’alpinisme

Le premier jour a pour objectif de nous préparer à évoluer sur un terrain raide et rocheux en toute sécurité avec les grosses chaussures d’alpinisme.

J2 – Premiers pas sur un glacier !

Nous partons pour le petit village du Tour dans la vallée de Chamonix pour prendre les remontées de Charamillon, pour ensuite partir à pied vers le refuge Albert 1er (2702m). En route, nous en profitons pour faire une école de glace et apprendre à évoluer sur un glacier en toute sécurité avec les crampons aux pieds !

Dénivelé : + 850m (jusqu’à +1300m possible)

J3 – Premier sommet !

A 5h00 du matin nous partons pour notre premier sommet ! Le guide de haute montagne choisira en fonction des conditions et du groupe. En route nous en profitons pour assister à une école de neige, pour apprendre les fondamentaux de l’alpinisme estival.

Dénivelé : +1100m jusqu’à 1800m

J4 – Jusqu’au refuge de Tête Rousse

Préparation pour le départ vers le mont Blanc. Suivant les conditions, nous partons en fin de matinée ou en début d’après-midi pour le téléphérique des Houches jusqu’à la gare de Bellevue (1800m) puis nous prenons le train jusqu’au Nid d’Aigle (2372m). À partir de là, nous partons à pied sur le chemin du refuge de Tête Rousse (3167m). Nous rencontrons les guides de renfort et organisons les cordées. Nous nous couchons tôt pour être prêts pour le grand jour !

Dénivelé : +795m

J5 – Voie normale pour atteindre le sommet du mont Blanc

Départ vers 3h00 du matin en direction du refuge du Goûter (3835m) en traversant le couloir du même nom puis en suivant l’épaule partiellement équipée de câbles (3h de marche). Nous nous engageons par la suite sur le glacier et enchaînons en direction de l’épaule du Dôme du Goûter (4260m). En remontant, nous rejoignons alors l’abri Vallot (4362m). De là, il faut encore 2h via la fameuse arête des Bosses pour atteindre le « toit des Alpes », le sommet du Mont Blanc ! Retour par le même itinéraire jusqu’au refuge du Goûter (2h30) où nous passerons la nuit.

Dénivelé : +1750m

6 – Avez-vous dû suivre un entraînement spécifique et si oui, lequel ?

Stanislas : Bien sûr ! L’ascension du mont Blanc est souvent perçue comme accessible mais il ne faut pas oublier que ce fut pendant très longtemps un achèvement d’une carrière d’alpinisme. La technicité n’est pas trop importante mais le niveau de condition physique requis est très élevé. L’entraînement s’est, pour moi, décliné en séances intenses de sport d’endurance dont la fréquence de 3 fois par semaine avant les vacances est passée à 5 jours par semaine parfois matin et soir. Je parle de séances de vélo, course à pied, natation et fitness. Ensuite, nous sommes partis dans le parc des Écrins fin août avec Orlane afin d’enchaîner 2 jours de randonnée en altitude avec beaucoup de dénivelé.

Orlane : Oui, je faisais du sport juste en loisirs avant. J’ai donc dû augmenter mes temps de course à pied et de piscine (2 à 3 séances de 45 min à 1h30 par semaine) puis je me suis mise au vélo.

7 – Que conseilleriez-vous aux Adoniens qui souhaiteraient proposer leurs initiatives ?

Stanislas : Si vous êtes motivés par une initiative, n’hésitez pas ! Une bonne présentation qui démontre l’intérêt de votre initiative pour Adone sera toujours bien accueillie par la direction.

Orlane : Foncez ! Vous pouvez permettre à des consultants de réaliser des choses qu’ils n’auraient pas forcément osés seuls.

Clienteling : la connaissance client ultime

Le Clienteling est une ancienne pratique née des commerces de proximité, où un calepin noirci d’informations glanées des clients permettait de faire toute la différence lors d’un achat. Aujourd’hui, le Clienteling s’impose comme la brique ultime d’une stratégie omnicanal.

Mais si le concept du « one to one » est connu, son application s’enrichit au gré des exigences clients et soulève la problématique suivante : quels leviers techniques et métiers activer pour capitaliser sur une connaissance client à 360° ?

 

Clienteling, penser métier avant outils

Le Clienteling vise à améliorer l’expérience client non pas en multipliant des outils gadgets à gogo en boutique, mais plutôt en proposant une relation à haute valeur ajoutée alimentée par les clients et leurs données.

La personnalisation des interactions avec le client représentant la fin ainsi que le moyen, elle doit être le fruit d’une réflexion à l’initiative du métier : quelles informations clients capter et à quel moment ? Comment les exploiter ? Comment les redescendre et embarquer vendeurs et clients ?

Ce n’est qu’après avoir identifié la vision métier cible que les outils pouvant soutenir cette vision peuvent être déterminés, car le Clienteling est avant tout une stratégie marketing aux multiples déclinaisons opérationnelles. De l’intégration de modules de prise de rendez-vous à celle de checkouts volants ou shopping personnalisé, les enseignes actionnent alors différents leviers pour mieux connaître le client et surtout, le lui montrer.

L’alignement des enjeux marketing et techniques est d’ailleurs un vrai challenge au vu de l’évolution à vitesse grand V des usages clients. Afin d’intégrer des données toujours plus qualifiées, la stratégie Clienteling doit être pensée en termes de déploiement à court, moyen et long terme, soutenu de fait par un dispositif évolutif by design.

 

Clienteling & Machine Learning, le couple idéal

Parce qu’il n’y a pas de limites à la connaissance client (enfin si, hello RGPD), une connaissance à l’instant T ne suffit pas.
Citons Burberry qui encourage ses clients à partager leurs données grâce à des récompenses via son loyalty program et compte désormais une base de 12 millions de clients. En incentivant les clients à fournir de la donnée via son programme fidélité, Burberry s’offre un référentiel client de qualité prêt à être exploité.
En réconciliant données online et offline, l’enseigne est capable d’être proactive et de proposer des services à haute-valeur ajoutée tout au long du parcours client.
Car au-delà des recommandations produits « simples » poussées sur les tablettes des hôtes de vente, une stratégie de Clienteling adossée à une solution de Machine Learning permet de repenser l’omnicanal entièrement. En combinant first, second et third-party data au sein d’une DMP optimisée, les marques peuvent allier moteur de recommandation ultra personnalisé, geofencing, online marketing et adapter produits et services additionnels en conséquence. Il s’agit d’un levier technique devenant de plus en plus incontournable, sous condition sine qua none d’une synergie forte avec le métier.

 

Monitorer sa stratégie Clienteling, ou comment réinventer les KPI Marketing classiques

Calculer le retour sur investissement métier de la stratégie Clienteling est un véritable enjeu : comment savoir si ma stratégie Clienteling fonctionne ? Comment isoler les points de contact clients dans une configuration omnicanal ?

Drivé par le métier, le Machine Learning permet de répondre à ces questions en favorisant l’émergence de KPIs représentatifs de la complémentarité online/offline pour suivre les clients sur l’ensemble de leurs parcours. L’évolution du chiffre d’affaires peut maintenant être croisée avec des metrics de conversion, de rétention client in-store, de satisfaction client historisée… et alimenter des tableaux de bords à plusieurs niveaux.
Citons toujours le cas de Burberry qui, en alliant beacon de comptage clients in-store et monitoring de campagne mobile annonce un taux de 85% de collecte de data client en PoS et une amélioration de 50% de son taux de fidélisation. Il s’agit d’une illustration forte de l’impact grandissant du Machine Learning sur les performances omnicanal des enseignes. Tendance d’ailleurs confirmée par une enquête de Statista (‘AI & Machine Learning use cases in the retail industry worldwide as of 2019’) selon laquelle près de la moitié des retailers ont prévu ou déjà mis en œuvre une stratégie omnicanal articulée autour de l’IA.

 

Enfin, le champ d’application de la technologie prévisionnelle va au-delà du marketing. Citons Etam, qui articule l’ensemble de sa chaîne de production autour du Machine Learning pour rationnaliser les coûts financiers et écologiques liés aux invendus. Ou comment la complémentarité IA-métiers permet de capitaliser sur la donnée produits et clients pour optimiser l’ensemble des strates opérationnelles.

Inside the retail strategy of Burberry


https://www.e-marketing.fr/Thematique/veille-1097/Breves/Repenser-la-relation-client-grace-au-clienteling-340400.htm
https://www.forbes.com/sites/nitinmangtani/2017/02/01/clienteling-defining-the-future-in-store-experience/#70c1286c3c2d
https://lehub.laposte.fr/dossiers/omnicanal-portrait-robot-nouveaux-vendeurs

Machine Learning Journey of Burberry: Is There Room For Machine Learning in Luxury Goods Industry?


https://www.larevuedudigital.com/chez-etam-lintelligence-developpee-a-partir-des-donnees-bouscule-les-metiers/

Découvrez les résultats du Green Challenge et l’association qui recevra notre don

Après un mois et demi de challenge les compteurs se sont arrêtés le vendredi 30 août. Bravo aux Adoniens qui se sont mobilisés pour participer et qui ont permis de réunir XXXX€ grâce à leurs XXX posts publiés tout au long de l’été. Nous sommes aujourd’hui très fiers de remettre ce don, arrondi à 2000€, à l’association Aremacs et qui servira à financer la construction de leur Appart’ Zero Déchet en Ile de France.

 

Aremacs : L’écologie au cœur des événements

L’association Aremacs (Association pour le Respect de l’Environnement lors des Manifestations Culturelles et Sportives) intervient depuis 15 ans pour accompagner les organisateurs d’événements culturels, sociaux et sportifs afin de limiter leurs impacts environnementaux grâce à des actions de sensibilisation et de pratiques d’animation afin de favoriser les changements de comportements.

« Toute l’équipe d’Aremacs est heureuse de bénéficier de l’engagement du programme AdonEarth d’Adone Conseil ! », explique Paul Berthet Directeur de l’association. « Ce financement nous permettra de financer la construction de notre Appart’ Zero Déchet pour notre antenne Ile de France en plein développement. Cet outil très percutant et conçu pour des pratiques d’animations ludiques et participatives a pour vocation d’engager le public dans une démarche zéro déchet personnelle, positive et engagée. »

Aremacs, s’appuie sur un ancrage local fort, avec 5 antennes régionales (Ile de France, Nouvelle Aquitaine, Pays de la Loire, Sud-Est et Auvergne Rhône-Alpes/Siège), ainsi qu’un réseau national qui lui permet de répondre aux attentes de petites manifestations comme de grands événements (Francofolies de la Rochelle, Sirha 2019, Ultra Trail du Mont-Blanc, Nuits Sonores, Marsatac…).

Pour mener à bien ces missions, les 18 salarié.e.s et 400 bénévoles de l’association s’engagent toute l’année et ont, en 2018, accompagnés 200 événements et été au contact de plus de 2 millions de personnes.

+ sélection de photos de l’appartement zéro déchet

 

Le challenge green en images

1 geste green = 10€ reversés pour une association. Tel est le défi que nous avons lancé le 10 juillet dernier aux Adoniens et qu’ils ont relevé haut la main. Réduction des déchets, compostage, gourdes à la place des bouteilles plastiques, ramassage de détritus, recette de lessive/déo/baume à lèvres homemade, etc. les initiatives et gestes green ont été nombreux cet été. En voici un aperçu :

+ sélection de photos des gestes green

 

AdonEarth : le programme éco-solidaire d’Adone Conseil

Ouverts à toutes les collaboratrices et tous les collaborateurs d’Adone, AdonEarth est un projet d’entreprise issu d’une envie commune de défendre les causes humaines, animales et environnementales. Nous souhaitions naturellement développer notre responsabilité d’entreprise au-delà de notre organisation. Emancipation des femmes au Cameroun, collecte de vêtements pour les plus démunies, aide médicale au Cambodge, couses contre le cancer Odyssea, sont autant d’actions qui ont été proposées et réalisées par les collaborateurs depuis 2017.

En savoir plus sur le programme AdonEarth

<< https://www.adoneconseil.fr/solidarite>>